Nature & balades

Une matinée enchantée à Strasbourg

Strasbourg, ou l’histoire d’un coup de cœur.

Strasbourg.

Une ville dont on entend souvent parler, notamment pour son image de ville Européenne, ou encore de ville qui accueille un fameux marché de Noël.

Strasbourg, capitale de la plus-pour-très-longtemps région Alsace ; titre qui s’accompagne de tous les stéréotypes qu’on veut : choucroute, bière, cathédrale, winstub, riesling et choucroute again.

Mais Strasbourg, c’est aussi un coup de cœur, et une ville que je vous invite à visiter.

Venez, je vous embarque un peu dans mes souvenirs d’un jour extraordinaire ! Un jour-cadeau-d’anniversaire. Si, si, ça existe…

20151024_100704.jpg 

Strasbourg, mis-à-part une incursion dans un marché de Noël plein de monde à deux ans (autant dire que je n’en ai pas le moindre souvenir), je ne l’avais jamais vue. On m’en avait souvent parlé. Pour les raisons citées plus haut… Mais encore pour la qualité de vie. Les universités…

Nous nous sommes rencontrées par un joli matin d’octobre, le lendemain de mon anniversaire, au cours d’une journée assez inoubliable.

Nous avons découvert la ville encore assoupie, nimbée d’une brume dorée.

20151024_113250.jpg

Le quartier de la Petite France, évidemment l’un des plus touristiques (et classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO depuis 1988 ; petite précision pour les éventuels Khâgneux aspirants-Ulmiens qui me liraient : le programme de géographie porte sur le patrimoine cette année…), est celui que nous avons choisi de visiter. Et nous ne l’avons pas regretté.

Nous nous sommes garés sur un des parkings périphériques (La Petite France, justement), à l’extérieur de la ville, pour des raisons de commodité. Grand bien nous en a pris !

20151024_100604.jpg

 

 

Ce quartier est traversé par divers canaux que bordent des maisons aux façades typiques à colombage. Difficile d’imaginer, avec cette apparence pimpante, que ce lieu accueillait jadis un hospice pour les soldats atteints de la syphilis ! Hospice qui jouxtait des tanneries, dont l’activité particulièrement salissante et…puante, il faut bien le dire, était reléguée aux marges de la ville elle-même. Le travail du cuir n’a jamais joui d’une représentation très glamour… La présence d’eau permettait à des pêcheurs de vivre ici, en plus des tanneurs.

Ce passé historique ne transparaît plus guère. J’ai été charmée par les ruelles tortueuses, les parfums de pain d’épice, et les reflets des maisons dans les canaux. Que de verdure, que de fleurs, bordant les ponts ! Et si peu de touristes ou de chalands… Un instant, je me serai imaginée à Metz, par un frais matin d’hiver, les passants assez hardis pour être sortis, se pressant le long des rues. Je crois que c’est cela que je retiendrai de la Petite France ; cette ambiance un peu enchantée et féérique d’un matin mordoré.

 

La cathédrale Notre-Dame-de-Strasbourg, a évidemment fait l’objet d’une visite. Davantage de déception se mêle ici à mes souvenirs.

Sa beauté est impressionnante, et elle se dresse contre l’azur, dame de pierre sans ride. Mais moi qui suis habituée à ma chère cathédrale Saint-Etienne de Metz, beaucoup moins souvent fréquentée, la foule qui se pressait ici à l’intérieur,m’a vite fait déchanter. Des groupes bruyants, armés d’appareil photos. Des gens qui vous encombrent la vue, et se montrent à peine polis. D’autres qui vous pressent et vous bousculent…

J’attendais davantage de considération dans un lieu de culte. Je ne suis certes pas croyante ; mais je reste cependant sensible aux atmosphères particulières qui imprègnent certaines églises. Ici, point de frisson ; juste un malaise dû à la foule croissante. Je pense qu’il faudrait revenir par un matin de semaine, tôt, peut-être, pour retrouver un peu du calme qui devrait être inhérent au lieu.

Notre visite se poursuit dans les vieux quartiers de Strasbourg ; les quartiers historiques, précisément.Vieilles ruelles, façades typiques, petits magasins adorables aux articles surprenants.

20151024_102429.jpg

 

Toute une ambiance qui contribue à rendre l’Alsace aussi chère à mon cœur ! Tout un folklore typique, des légendes, des contes, et une ambiance chaleureuse… Ce sont les petits détails qui créent les atmosphères les plus douces. Les petites choses sont les plus importantes…

Strasbourg est donc une ville dans laquelle je me suis immédiatement sentie chez moi ; je n’aurais pas cru cela possible. Décidément, j’aime l’Alsace !

Et vous, aimez-vous l’Alsace ?

En attendant, portez-vous bien, et n’hésitez pas à me faire part de vos impressions !

Affectueusement vôtre,

Eve.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s