Lectures, Les Chroniques, Non classé, Réflexion

Chroniques de Janvier

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui, le ciel étend ses voiles chagrines au-dessus de la nature endormie. Un temps parfait pour cocooner et se prélasser à la maison, décidément…

J’espère que votre samedi est doux et que vous en profitez bien, pour prendre soin de vous et faire de jolies activités qui vous tiennent à cœur !

Le mien, entre Yoga, film, confection d’un gâteau, promenade et écriture d’articles, démarre bien ♥

J’inaugure en ce jour une nouvelles rubrique, que j’appellerai les « Chroniques ». Entre nouvelles, découvertes du mois (film, livres, activités, coups de cœur), réflexions, je vous ferai part de mes trouvailles du mois et de mes projets du moment. En espérant que cela vous inspire à votre tour et vous donne l’occasion de faire de belles découvertes également !

BRIGHT STAR

Afficher l'image d'origine

Je commencerai par vous parler de ce film, visionné ce matin, qui m’a littéralement réduit le coeur en miettes (je suis une sensible). Réalisé par Jane Campion, et d’un poésie visuelle à couper le souffle, il met en scène la tragique histoire du poète maudit John Keats (Ben Wishaw). En 1818, son travail et ses poèmes ne connaissent guère du succès ; ce qui est terriblement cynique quand on connaît la réputation qui le précède aujourd’hui… Sans le sou, sans avenir et accablé de mélancolie à cause de la maladie incurable dont souffre son frère, il s’éprend de la pétillante et futile Fanny Brawne (Abbie Cornish), passionnée par la mode et les fanfreluches. A priori, rien ne les rassemble, et pourtant, la passion qui les lie résiste à mille épreuves… Le cadre enchanteur de cette histoire, qui est celui de la campagne anglaise, le jeu tout en subtilité des acteurs mêlé aux vers de John Keats font de ce film une expérience un peu magique. D’un romantisme délicat, il ne vous laissera pas indemne...

LE YOGA

Pour Noël, j’ai reçu de la part de mon oncle un superbe tapis de yoga en laine vierge de chez Bodhi Yoga (je précise, parce que cela me touche autant que vous : la laine a été prélevée sur des moutons vivants, de manière respectueuse de l’animal, sans le blesser !). Forcément, je n’avais plus aucun prétexte pour ne pas m’y mettre ! Et depuis, chaque matin, je réalise quelques salutations au soleil… Cet enchaînement de douze postures, douze asanas, qui connaît de nombreuses variantes selon les Yogis, est parfait pour débuter la journée avec énergie. Cela me détend et j’ai déjà remarqué, en quelques semaines de pratiques, que mon corps s’était considérablement assoupli ! La liberté de mouvement que je ressens est incomparable… J’ai depuis, grâce à ce petit livre de Beate Cuson, testé bien d’autres postures de Yoga. Celle de l’arbre m’aide à être apaisée et plus ancrée dans le sol ; les postures de la danseuse et du guerrier détendent et travaillent les muscles profonds du corps. Décidément, le Yoga agit tant sur le mental que sur le corps et l’organisme ! Et je n’ai qu’une chose à dire : à la rentrée prochaine, c’est décidé, je m’inscris à un cours de Yoga ! Et vous, faites-vous du Yoga ?

OSCAR WILDE

Un auteur fort connu : ce dandy anglais irlandais de la fin du XIXème siècle a publié notamment Le portrait de Dorian Grey, mais aussi de nombreux contes et nouvelles, ainsi que des pièces de théâtre encore jouées et plébiscitées aujourd’hui. Ses nouvelles sont de petits bijoux ciselés, que je vous recommande de lire en anglais ; on y gagne en beauté et en  fluidité de la langue. The Nightingale and the Rose est une nouvelle qui l’a particulièrement touchée… Récemment, j’ai lu The Importance of Being Earnest et depuis, je n’ai qu’une envie : voir cette pièce jouée ! L’humour fin et l’esprit de Wilde, ses thématiques modernes, ses réflexions sur le mariage, l’identité, la vie, restent délicieusement actuelles. Dans une Angleterre victorienne, un quiproquo autour du frère imaginaire de Jack, Ernest, va opposer deux amis et leurs fiancées… Je vous en recommande la lecture !

LES TRUFFES RRRAW

Rrraw… Ce nom résonne comme un ronronnement. Les chocolats crus, de grand cru, fabriqués en France et avec amour par cette marque sont une merveille. Leur prix d’achat est un peu cher, je le concède, mais vous ne le regretterez pas. Le packaging est soigné, léger et les plaques de chocolat sont gravées de décors floraux. Les ingrédients sont de qualité, naturels et surtout, issus de l’agriculture biologique. Enfin, le goût est au rendez-vous. J’ai eu un véritable coup de coeur pour les truffes Souvenirs d’Enfance : ces petits carrés à la noisette et à la vanille fondent sur la langue et vous emmènent, des années en arrière, au temps de goûters d’automne en famille… C’est exactement l’impression que j’ai eu. Je me suis un peu sentie comme le critique gastronomique de Ratatouille, si vous voyez ce que je veux dire… (pourtant, cette époque n’est pas si lointaine pour moi, haha…):

LA FONTAINE EVA

L’eau est décidément un véritable enjeu écologique et publique. Quelle eau consommer ? Il suffit de penser que nous sommes composés à 75% d’eau nous-mêmes, pour réaliser que, oui, boire une eau de qualité est un geste sain pour la santé. Cependant, les eaux du robinet sont souvent polluées par des médicaments, des hormones, des pesticides et des intrants ainsi que des métaux lourds. Les eaux en bouteille sont conservées dans un plastique qui est tout sauf irréprochable sur le plan de sa composition comme pour la planète. Comment bien faire ? Mes parents ont décidé d’investir dans un dispositif de filtration d’eau, la fontaine à eau EVA. Cher à l’achat (près de 200 euros), à terme, son acquisition pourra nous permettre de faire des économies : nous avions calculé que le budget eau d’une année (nous achetions de l’eau en bouteille) s’élevait à près de 600  euros, pour quatre personnes. Le coût de la fontaine sera donc vite amorti, même avec l’achat périodique de filtres à changer.

Voilà pour les Chroniques de janvier ! ♥

 

Publicités
Douceurs enchantées, Recettes magiques

Gâteau moelleux aux épices (végane et sans gluten)

Bonjour à toutes et à tous !

Que voilà un radieux dimanche qui débute ! J’aime décidément ces jours où l’on peut ralentir, se livrer à mille activités un peu futiles mais néanmoins délicieuses, loin du reste de la semaine… Ce sont des jours particulièrement créatifs et riches en promenades, en général ! Et chez vous ?

Hier, j’ai expérimenté une nouvelle recette de gâteau que j’aimerais partager avec vous ♥ Conformément au reste de ma cuisine, il est végane et sans gluten, puisque ni ma mère ni ma sœur ne peuvent en consommer…

C’est un reste de purée de butternut, salée et citronnée, que j’avais voulu transformer en tartinade, qui m’a servi de base pour ce gâteau. Et je pense que la courge n’y est pas pour rien dans sa texture généreusement dense et moelleuse… Bon, trêve de bavardage, et passons à la recette !

20160130_130928[1]

Gâteau moelleux à la butternut et aux épices

Ingrédients :

  • 300g de purée de butternut (de la butternut cuite à l’étouffée, mixée avec un peu de sel et de  jus de citron, pour moi)
  • 70g d’huile de noix de coco fondue (au bain marie ou dans une petite casserole)
  • 100mL de lait de soja vanille
  • 200g de sucre complet (Sucanat, ici ; mais du sucre de fleur de coco fera aussi bien l’affaire)
  • 50g de farine de souchet
  • 150g de farine de riz complet
  • 50g de farine de pois-chiche
  • 2 cuillères à soupe rases de fécule (maïs, manioc…)
  • 1 sachet de poudre à lever sans gluten
  • 2 cuillères à café de cannelle
  • 2 cuillère à café rases d’épices à pain d’épices
  • 40g de châtaignes cuites sous vide, réduites en brisures (facultatif)
  • deux grosses poignées de raisins secs

♦ Préchauffez le four à 180°C.

♥ Mélangez l’huile de noix de coco avec la purée de butternut, puis ajoutez le sucre et le lait de soja vanille. Réservez.

♦ Dans une jatte, réunissez les farines, les épices, la fécule, la poudre à lever, les raisins secs et les châtaignes. Mélangez bien.

♥ Ajoutez le mélange des ingrédients secs aux ingrédients liquides et mélangez à nouveau, sans trop insister cependant. Le mélange doit être homogène mais pas trop touillé non plus.

♦ Versez la préparation dans un moule carré ou rectangulaire de 20cm de côté. Enfournez pour environ 35 minutes. Piquez le gâteau de la lame d’un couteau pour vérifier la cuisson : la lame doit ressortir propre. Puis, une fois cuit, sortez-le du four et laissez refroidir…avant de déguster !

Conseil de dégustation :

Ce gâteau est délicieux servi avec un thé de Noël ou aux épices ou un chaï au lait d’amande. Il se conserve très bien pendant plusieurs jours, coupé en carrés et à l’abri d’une boîte de métal. Régalez-vous et dites-m’en des nouvelles ♥

Bon dimanche à tous !

Lectures, Romans

Les Dames à la Licorne

Les livres sont des portes vers le monde du rêve ; des portails vers l’imaginaire qui nous permettent de voyager en esprit dans des contrées fantastiques…

Tout le monde connaît des livres qui lui permettent de s’évader dans des pays magiques, loin du monde réel, ou de vivre des expériences incroyables, simplement en restant enfoncé dans son fauteuil avec son chat ou bien blotti dans son  lit…

Les Dames à la Licorne fait partie de ces ouvrages un peu magiques.

Afficher l'image d'origine

Connaissez-vous Barjavel ? La plume de cet auteur est enchanteresse, d’une poésie et d’un lyrisme hors pair. Ce style n’y est certainement pas pour rien dans la magie de ce livre : il esquisse le portrait d’un monde féérique, gouverné par l’amour, la tendresse et nous laisse entrevoir que, derrière la plus prosaïque réalité, se cache souvent de la magie. Même nous, nous oublions cela, au quotidien : d’ouvrir les yeux. Ce simple geste peut métamorphoser notre quotidien en une incroyable expérience, amener à une redécouverte de la banalité chaque jour, à tel point qu’elle en devient extraordinaire…

Ici, Barjavel nous embarque dans un récit fantastique au fond de vérité : l’histoire qu’il nous compte est celle des ancêtres d’Olenka de Veer, la jeune femme avec qui il a co-écrit ce livre. Nous voyageons alors en Irlande, sur les traces des Plantagenêt, voguons de légende en légende. Depuis le mariage du Duc Foulques le Roux avec une mystérieuse jeune femme, la famille d’Olenka de Veer aurait une licorne pour ancêtre…

 » La licorne s’arrêta et se retourna. Le Roux sur son cheval, immobile, la regardait. Le soleil flambait à travers ses cheveux. Il vit les yeux bleus de la licorne pâlir et tout son corps devenir clair comme le croissant de lune qu’on devine au milieu des jours d’été dans le ciel. Puis elle s’effaça entièrement, et Foulques ne vit plus devant lui que la montagne d’or des genêts.
À côté de lui, à le toucher, se tenait, sur un cheval couleur de miel, une fille de même couleur. Ses cheveux lisses tombaient jusqu’à sa taille sur sa robe de lin. Ses yeux étaient bleus pailletés de roux. Elle lui souriait. « 

P1000368

Irlande magnifiée, Irlande magique, Irlande verte et puissante. Cet ouvrage est définitivement une ode à ce pays-martyr et passionné. Nous passons du Moyen-Âge à la fin du XIXème siècle, toujours sur les traces d’une même famille, suivant son évolution, ses aventures et pérégrinations…jusqu’à faire connaissance avec les filles de Sir John Greene, descendant lointain de Foulques Ier d’Anjou. Ces cinq sœurs, vivent dans un manoir isolé, sur une île mystérieuse. Griselda, la plus jeune, a la tête emplie de rêves, d’illusions… Il s’agit principalement de son histoire qui sera développée dans le livre, même si celles de ses sœurs ont aussi leur importance dans la trame générale de l’histoire : leurs destinées sont entremêlées à celle de l’île qui les abrite.

20160318_100817[1]

Entre histoire d’amour sur fond de luttes de rebelles Irlandais contre la Home Rule, l’esprit de la licorne qui rôde dans le cœur des femmes de la famille, des fantômes de moines qui hantent l’île, magie, légendes et paysages enchanteurs d’Irlande, on ne ressort pas indemne de cette expérience. Certainement pas, quand on a, comme moi, un profond amour pour les terres Irlandaises (même si je n’ai jamais visité ce pays, il exerce sur moi une puissante fascination…) et un amour pour toute sorte de légende ! J’adore les récits qui mêlent avec tant de génie le rêve à la réalité, qui nous laissent entrevoir qu’il existe autre chose que la prosaïque réalité dans laquelle nous vivons et dans laquelle nous avons tendance à nous enfermer. Ce n’est pas parce que nous sommes « grands » que nous ne voulons plus rêver…

 » Les années de l’enfance sont immenses. Chacune est gonflée de temps comme une vie entière. « 

Cette histoire au parfum de mystère nous plonge dans une ambiance particulière ; nous avons l’impression de vivre avec les personnages le temps de notre lecture, de retrouver des amis chers.

Alors, tout est question de sensibilité personnelle, mais si vous aimez l’amour, la magie et avez besoin de rêver, n’hésitez plus : lisez Les Dames à la Licorne. ♥

 

 

Chocolat & compagnie, Douceurs enchantées, Recettes magiques

Marbré Choc’Orange

Bonsoir à toutes et à tous !

J’espère que vous vous portez bien.

Avec le froid qu’il fait en ce moment, le givre qui couvre les arbres, le soleil qui reste bien au chaud dans sa couette de nuages… j’ai terriblement envie de douceurs, pas vous ?

De bons gâteaux, moelleux, épicés, à la mie dense et parfumée… Avec une tasse de thé, une petite bougie dont l’ombre danse sur les murs, un bon livre… La seule évocation de pareille ambiance me rend euphorique. Le cocooning, voilà qui est important ! J’espère que vous avez le loisir de vous accorder quelques moments de douceurs, pour l’âme, l’esprit et le confort, dans votre emploi du temps…

En tout cas, je vous propose ce soir une recette de gâteau testée il y a quelques jours…et qui a fait l’unanimité à la maison ! Un joli marbré, végane (sans œufs & sans gluten), au chocolat et à l’orange… Ah, j’oubliais, il est aussi sans gluten ! (il y a de nombreuses intolérances dans ma famille.) Un accord que je trouve irrésistible et qui évoque Noël, de longues soirées d’hiver et des parfums de feux de cheminée…

Place à la recette ?

20160123_104402[1]

MARBRE CHOC’ORANGE VEGANE

INGRÉDIENTS

  • 125g de farine de riz complet
  • 50g de fécule de maïs
  • 50g de farine de pois-chiche
  • 25g de farine de sarrasin
  • 200g de sucre complet (muscovado, rapadura, sucanat) ou de sucre de coco
  • 100g de compote de pommes (pure pomme, évitez les mélanges ; c’est la pomme, ici, qui joue le rôle de liant)
  • 125g d’huile d’olive douce ou d’huile de noix de coco fondue
  • 100ml de lait de soja-vanille
  • 150g de chocolat pâtissier à 70% de cacao (ou à défaut, 64%)
  • le jus d’une orange ou de deux clémentines
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’orange douce (et 3 de mandarine, pour un petit parfum « doudou »)
  • 30g d’écorces d’orange confites coupées en petits dés (facultatif)
  • une pincée de sel
  • 1/4 de cuillère à café de gomme de guar
  • 1 sachet de poudre à lever sans gluten

(la liste des ingrédients est longue, je vous l’accorde. Mais le sans gluten demande souvent un ajustement pour obtenir une texture proche du « avec » gluten, ledit gluten jouant souvent le rôle de liant et conférant à la pâte une élasticité qui lui est propre. N’oublions pas non plus que l’absence d’œufs doit aussi être compensée… Mais ensuite, je vous assure que la recette n’est pas plus compliquée que pour un marbré normal ♥ Si le gluten ne vous pose pas de problème, vous pouvez, évidemment, remplacer le mélange de farines par 200g de farine de blé T80 ou T110 (et même T65 ou T55 !) et 50g de fécule (manioc, maïs ou arrow root, mais pas pomme de terre !))

Préchauffer le four à 200°C.

Dans un saladier, mélanger les farines, la gomme de guar, le sel, la poudre à lever et réserver.

Dans un autre saladier, battre l’huile et le sucre ensemble. Ajouter la compote, bien mélanger, puis délayer avec le lait de soja.

Ajouter la farine puis mélanger énergiquement.

Faire fondre le chocolat au bain-marie.

Séparer la préparation en deux parts égales.

A l’une, ajouter le chocolat fondu, à la deuxième, ajouter le jus d’orange, l’huile essentielle (ou les huiles essentielles) et les écorces confites.

Dans un moule à cake chemisé de papier cuisson, alterner les deux pâtes de façon à créer le marbré (et là, je m’amuse toujours, je ne sais pas vous…).

Enfourner pour 10 minutes à 200°C, puis baisser la température du four à 180°C. Laisser cuire 40 minutes. Vérifier la cuisson à l’aide de la pointe d’un couteau.

Une fois le gâteau cuit, ne pas le démouler  immédiatement, surtout (!). Attendre 10 à 15 minutes qu’il ait tiédi, puis le laisser refroidir sur une grille.

Après, régalez-vous ! ♥ Ce gâteau s’harmonise tout particulièrement avec un thé aux épices et aux écorces d’orange ou bien un thé de Noël.

Bonne soirée et prenez soin de vous… 🙂

20160123_104224[1]

 

Les dîners du chat, Recettes magiques

Bol vitaminé à la grenade

Bonsoir à tous !

Pour commencer, bonne année à tous ! J’espère que 2016 débute bien pour vous et que vos fêtes de fin d’année se sont déroulées dans la joie et la bonne humeur ♥

Cela faisait un petit moment que je n’avais rien posté, en tout cas. Avec les partiels, les fêtes, la famille, les amis, les révisions (tout ça dans le désordre)… disons que j’ai eu d’autres préoccupations.

En tout cas, je n’ai pas arrêté pour autant de cuisiner, au contraire. Et j’ai eu une idée pour le blog…

A partir de ce soir, j’inaugure une nouvelle catégorie : « Les Dîners du Chat ». Nous  aimons tous les bons petits plats réconfortants, surtout en automne et en hiver. Or, cette envie se heurte parfois quelque peu à la fatigue ou au manque d’envie… Cuisiner une tourte, des repas gastronomiques…oui, mais à un autre moment. C’est pourquoi, ici, je vous proposerai des recettes faciles et rapides de repas testés & confectionnés par mes soins, toujours bons, sains et plein de vitamines. Pour vous donner des idées et vous sortir un peu de votre flemme… =p Ou même de la mienne, parce que je vous assure que je n’y échappe pas non plus !

Ce soir, je vous présente donc une petite salade goûteuse, qui change et qui est pleine de bonnes choses pour vos petits organismes. Prêts ?

20160117_122755[1]

SALADE VITAMINÉE A LA GRENADE ET AUX CHOUX DE BRUXELLES

♦ INGRÉDIENTS :

  • une belle poignée de feuilles de salade verte
  • 100 à 150g de choux de Bruxelles
  • la moitié d’une belle grenade rose
  • un demi citron bergamote
  • une cuillère à café de moutarde à l’ancienne
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive + 2 cuillères à soupe d’huile d’olive (ou 1 cuillère à soupe d’huile d’olive et 1 d’huile de colza) pour l’assaisonnement
  • 2 cuillères à café de vinaigre balsamique
  • sel, poivre, ail semoule
  • une poignée de cerneaux de noix (facultatif)

   -♦-

Commencez  par laver les choux de Bruxelles, puis coupez-les en deux.

Faites chauffer l’huile d’olive dans un petit faitout, puis versez-y les choux. Salez, poivrez (vous pouvez ajouter une feuille de laurier, un peu de sarriette pour faciliter la digestion et donner du goût, ou de la marjolaine), puis laissez cuire avec couvercle pendant 10 minutes, de manière à ce que les légumes soient encore fermes. En fin de cuisson, arrosez les choux de jus de citron bergamote. (ou de jus de citron « normal », mais  la bergamote ajoute vraiment un petit parfum très agréable…)

Dans un bol, versez la salade, lavée et essorée, ajoutez les grains de grenade décortiqués puis les choux de Bruxelles. Si vous le souhaitez, mettez aussi les cerneaux de noix. (Cela ajoute du croquant et de la texture et en plus, c’est plein d’omégas 3 !)

Préparez la sauce : mélangez la moutarde, l’huile d’olive, le vinaigre balsamique, le sel, le poivre, l’ail semoule et mélangez bien. Versez  la sauce sur la salade, mélangez…puis dégustez ! ♥

Cette salade peut suffire pour un dîner léger, accompagné d’une petite tisane aux épices (et de bonne lecture, ici un magazine qu’on a reçu « à l’essai », Rebelle Santé), ou peut être accompagnée de pain complet, tartiné de houmous ou de purée d’avocat ; et voilà un bon petit repas végéta*ien complet !

Portez-vous bien ! 🙂

PS : les proportions, dans cette rubrique, seront toujours données pour une personne (deux au maximum, mais je préciserai, dans ce cas-là), mais n’hésitez pas à les doubler, les tripler, les quadrupler, selon le nombre de personnes  qui mangent à votre table. L’important est de partager et de se régaler !