Forêts & nature, Nature & balades, Villes & monuments

Une histoire de sorcières…..

Le moral a tendance à fluctuer, en ce moment.

C’est difficile, d’endurer une perte. De vivre avec, surtout. Mais j’ai les souvenirs, le son de son rire et de sa voix qui me grondait, doucement, avant de laisser place à un sourire. J’ai les souvenirs, oui, et ils sont précieux.

 

Avec le printemps qui soupire dans l’air, les envies de longues balades et de nature reviennent, elles-aussi. Rien de tel que de rêvasser dans les bois, d’admirer les nervures des tendres feuilles, pour sentir en soi un regain de vitalité couler. La forêt… je rêve de chants d’oiseau et de verdure. Mais, promis, pendant ces vacances, nous referons le plein de nature…

Depuis toute petite, je connais Saint-Jean les Saverne.

Cette commune est située dans le Bas-Rhin (67), en Alsace, non loin de la frontière avec la Moselle, où j’habite.

Parfum de balade en famille, entre amis, de pique-nique et de mystère.

Car à Saverne, on prétend qu’il habitait autrefois des sorcières…

A huit ou neuf ans, je n’aimais pas vraiment marcher. Je traînassais sans enthousiasme derrière mes parents, prêtant une oreille distraite à leurs bavardages. J’étais peu réceptive à la beauté de la nature qui m’entourait, perdue dans mes sombres préoccupations.

Mais j’aimais venir à Saverne.

Après un repas à l’Alsacienne tout à fait typique, et une escapade dans une pâtisserie où l’on se régalait de tartes aux quetsches couvertes de crimmele, de souris en pâte d’amande et de petits biscuits aux épices, nous nous attaquions à l’ascension du Mont Saint-Michel (non, pas celui auquel vous pensez), situé dans le Bas-Rhin (67) à travers de jolies et paisibles routes forestières.

Alors, nous arrivions près de la chapelle. Dédiée à l’archange Saint-Michel, elle se dresse à l’écart de toute urbanisation, en pleine forêt, dans une  atmosphère qui fleure bon l’encens et la quiétude.

Mais ce n’est pas vers elle que je m’élançais à chaque fois, quoique j’aimasse le rituel qui consistait à allumer une petite bougie rouge sur l’autel, petite veilleuse qu’on regarder brûler à s’en piquer les yeux.

Au-delà des conifères, des tables de pique-nique et du refuge forestier, il y avait surtout le rond des sorcières, le Hexenkreis.

Les sorcières, j’ai toujours adoré ça. D’ailleurs, à l’école, je me vantais toujours que ma maman, née la nuit d’Hallowe’en, était un peu sorcière…

Le Hexenkreis, c’est un bassin, creusé dans la roche, profond de 50cm, de 4m de diamètre, d’où l’on dispose d’une vue éblouissante sur toute la vallée de Saverne et les crêtes lointaines des Vosges. Par beau temps, on aperçoit les rubans scintillants de rivières qui dévalent les pentes…

Pourquoi ce nom ? parce que la légende prétend que les sorcières avaient coutume de se rassembler ici pour les nuits de sabbat, avant de s’envoler jusqu’au Bastberg, juchées sur un balai, et d’aller danser autour d’un tilleul séculaire… C’était Itta, épouse de Pierre de Lutzelbourg, qui dirigeait les opérations ; elle était connue pour être une fameuse sorcière… Lors de rassemblements, les apprentis sorciers s’asseyaient sur les bords du bassin, afin d’écouter leur enseignante parler, sur un petit promontoire.

Les géobiologues s’accordent en tout cas sur une chose, légende ou non ; c’est qu’en cet endroit, au milieu de ce cercle, les pendules s’affolent. Nœud de Hartmann, croisement d’énergie tellurique ? On peut tous s’amuser à le vérifier, pour peu qu’on connaisse les bases de la radiesthésie. Je ne manque jamais de ramener mon pendule ou ma pierre de Lune et je joue à l’apprentie druide, répétant une tradition mille fois accomplie, peut-être, au temps du culte du dieu Cernunnos et du paganisme…

Si  l’on descend un peu, à ses risques et périls, par un escalier taillé dans la pierre, on découvre la Hexenhöle, dite la Grotte des Sorcières, ou Grotte aux Fées. La grotte s’ouvre sur la forêt et les cimes des arbres. Au moindre rayon de soleil, les lézards frétillent sur la pierre chaude…

Cet endroit a indéniablement été habité au cours des millénaires.

La grotte est aménagée, avec des bancs circulaires, des trous pratiqués dans la roche qui sont comme des fenêtres sur les bois profonds, une sorte de siège, ainsi que des sillons pratiqués dans les parois, comme si, autrefois, on avait inséré ici une palissade qui protégeait les occupants de la Hexenhöle des dangers nocturnes… Mais le plus curieux reste l’espèce de sarcophage, creusé à même le sol, et dans lequel s’accumulent aujourd’hui eaux de pluie, feuilles mortes et poussières. Il mesure un mètre quatre-vingt de long, et a véritablement la forme d’un homme allongé… A chaque fois, je me demande qui, jadis, s’y est trouvé couché, à jamais ou le temps d’un rituel…

Certains pensent qu’il s’agissait d’un saint charismatique, renommé dans la région, qui aurait été enterré là. D’autres, d’une tombe de l’époque mérovingienne, qui daterait du VIIème siècle. Dans les légendes, Itta de Lutzelbourg, dont je vous parlais plus haut, y aurait été enterrée vivante, suite à des accusations de sorcellerie. Mais l’hypothèse de l’initiation a été retenue par les archéologues, qui voient dans cette grotte isolée, ses aménagements spartiates et ses équipements, un endroit dédié aux rites de passage à l’âge adulte qui se pratiquaient dans les sociétés païennes et celtiques. Cette tombe ne serait donc que symbolique, un endroit où l’initié s’allongeait pour vivre une des petites morts qui interviennent au cours de l’existence humaine, abandonner le passé derrière  lui, et renaître en lui-même.

D’ailleurs, une occupation celtique du lieu n’est plus à démontrer.

Afficher l'image d'origine

Entre les traces d’un vaste oppidum qu’on peut découvrir lors d’un circuit de trois heures de marche en forêt, qui nous fera passer à proximité de vieux remparts, sur une ancienne voie romaine, frissonner non loin d’anciens autels et bassins à sacrifices, les Stampfloecher, et près des ruines d’un château et des lieux connus pour avoir accueillis des sacrifices rituels, humains comme animaux, les Celtes ont vécu ici. Le dieu Lug, divinité solaire du panthéon celtique, était célébré ici ; à l’époque romaine, c’est le culte du dieu Mithra qui était probablement célébré.

Les dernières traces d’occupation de la Hexenhöle remontent au Moyen-Âge, lorsque des ermites s’y étaient installés. Quoiqu’il en soit, de la préhistoire au Moyen-Âge, l’histoire n’a jamais cessé de s’écrire au Mont Saint-Michel.

Les balades qui partent de ce site sont bien nombreuses, et il n’y a pas moyen de s’ennuyer. Pour cela, il suffit de suivre les balises et  les circuits indiqués par le Club Vosgien. Attention, certaines montées sont raides ; aussi, prévoyez de bonnes chaussures de marche, des bâtons de marche, et de bien vous équiper en eau et en nourriture avant le départ.

Ces quelques dispositions prises, vous pourrez partir à la rencontre de l’histoire…pour un voyage en terres celtes. Ou à dos de balai !

20150723_153826

Publicités

4 thoughts on “Une histoire de sorcières…..”

  1. Wow j’ai adoré te lire… ça me donne trop envie d’y aller…! ça a l’air d’être un endroit magnifique et toute cette histoire lié à ce lieu 😮

    J'aime

    1. Merci, ça me fait infiniment plaisir >w<
      Ce lieu est en effet magique, comme l'Alsace toute entière, à vrai dire. Cette région bénéficie de tout un tas de légendes, dues à la proximité avec l'Allemagne… C'est un peu la Bretagne de l'Est de la France, haha ^^ Mais je suis sûre qu'il y a plein de chouettes endroits comme ça aussi, près de chez toi ^^

      Aimé par 1 personne

      1. Rha j’aimerai tellement aller en Allemagne un jour ! ^^
        Et en Auvergne, je ne connais pas encore très bien la région (n’ayant pas le permis pour me déplacer) mais apparemment il y a pleins de lieux comme ça oui ^^
        Après dans les Pyrénées, ça en regorge, surtout près des montagnes haha ^^

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s