Contes & histoires, Projets de roman(s), Réflexion

Un projet un peu fou…

Bonjour, je m’appelle Eve et j’aime écrire.

Aujourd’hui, c’est un article très personnel que je publie. Je vous y livre un peu de mon expérience et de mes…rêves.

L’écriture, c’est ma passion. Une de mes passions, serait-il plus juste de dire ; parce que je partage mon temps entre animaux, nature, alimentation et naturopathie et…écriture.

J’avais 12 ans lorsque tout a commencé, mais c’est une autre histoire. Que je vous raconterai un autre jour, peut-être. Je serai donc brève.

Mon premier « roman » s’appelait La Quête de Linaewen (tout un programme…) et mettait en scène une jeune fille nommée Camellia qui découvrait soudain qu’elle provenait d’un autre monde, qu’elle était une elfe héritière du trône d’un royaume perdu, etc… Je ne l’ai jamais terminé, mais ses cinquante pages dorment toujours dans mes tiroirs. Cela fait presque huit ans, maintenant, mais je me rappelle toujours le bonheur que j’éprouvais à laisser les mots couler, libres, dans un monde sans tâches…

Camellia, c’était moi. Je sais, c’est cliché de dire qu’on écrit juste parce qu’on a besoin de se psychanalyser. Mais je crois qu’au fond de nous, l’écriture est toujours un peu liée à notre psychologie. Ce serait mentir que de prétendre le contraire. On écrit avec ses tripes, son âme, son cœur, son expérience. Pourquoi ? Parce que notre plume, c’est le reflet de notre petit monde intérieur, de nos peurs, conscientes et inconscientes, de nos espoirs, des sentiments qui nous agitent. Un peu comme les rêves qui nous font accéder à notre inconscient. Pour moi, en tout cas, c’est ainsi. Je ne sais pas pour vous…

6c88bbe4aaf9de524dfcb0a2a59b4508-d4sukhj

Je m’étais donc mise à écrire pour une raison très banale : je voulais me sortir d’une dépression et d’une phobie scolaire. Alors j’ai fait ce que j’avais toujours su tellement bien faire : fuir dans un autre monde, où tout s’arrangerait (peut-être). Un monde de fiction. Quand j’écrivais, je devenais Camellia, j’avais un dragon, des pouvoirs magiques, des amis merveilleux. Et même si j’avais peur, parfois, souvent, toujours, je m’en sortais.

Camellia n’est jamais vraiment partie. D’ailleurs, c’est devenu mon nom de plume. Camellia Baggins. Aussi le nom de mon Instagram. Quand j’écris, je redeviens un peu cette Camellia qui se met à nu et se déploie dans un arc-en-ciel de mots.

Je n’ai jamais abandonné l’écriture, même s’il y a évidemment eu des moments où, prise par la vie, les études, les soucis, je laissais un peu mes carnets de côté.

Toute cette longue introduction pour quoi ? Pour vous dire que j’ai un rêve fou : c’est celui de pouvoir vivre un jour, au moins en partie, de ce que j’écris.

Évidemment, je n’en suis pas là. Même si j’écris énormément depuis novembre 2015 (parfois, il faut partir d’un endroit, écouter ce que nous dit notre cœur, pour mieux se retrouver), que je noircis chaque jour des pages et des pages, je n’ai jamais rien publié. Et je n’y suis pas prête. J’ai peur du regard des autres. Quand je vous dis que j’écris avec mon âme, c’est vrai. Ma plume, c’est juste un bout de moi couché sur le papier. Alors j’angoisse toujours un peu avant de montrer mes écrits à quelqu’un. C’est idiot, mais si on les rejetait, j’aurais l’impression qu’on me rejetterait moi-aussi. Pourtant, j’adore partager. Et j’adorerais avoir des lecteurs. Bref, je suis un paradoxe vivant et il y a là un joli travail à mener, je suis d’accord, je ne le nie pas. En attendant, c’est comme ça…

Et en attendant, je me suis mise à écrire un roman.

Un vrai. Et je l’ai fini. 10 février 2016 – 9 mai 2016. 723 pages.

Trois mois à inventer, vivre et vibrer avec des personnages. Aujourd’hui, je suis en train de tout réécrire à l’ordinateur (j’écris exclusivement avec mon stylo à encre et sur papier), ce qui est long, mais tout aussi passionnant. En parallèle, il y a la suite qui s’écrit, tout doucement. Un petit frère, un deuxième tome qui s’ajoute à ce premier « roman » (mon dieu, j’ai presque peur de parler de roman, ce mot est trop présomptueux et grandiloquent XD), absolument pas prévu au départ, mais qui s’impose de plus en plus. Se pose alors la question de savoir pourquoi j’écris vraiment…

Pour publier ? J’imagine que c’est un rêve latent dans l’esprit de chaque écrivain en herbe. Oui. Parce que ce serait vivre de ma passion.

Pour partager ? Pour faire vivre mon petit monde intérieur ? Mais partager quoi ? Des valeurs, une vision du monde, des espoirs, aussi.

Je reprends ici ce que disait Terry Pratchett à propos de la fantasy et de la science-fiction en général : ces littératures de l’imaginaire nous permettent d’envisager la vie, l’univers, de façons différentes et complètement novatrices. C’est ça, la magie de l’écriture. Penser et repenser notre monde, avec un zeste d’idéalisme, peut-être. Mais toutes les grandes philosophies sont nées d’idéalisme et de naïveté (ou de pessimisme forcené…)

Un bien grand projet que tout cela. Et, de tout mon être, j’espère le faire aboutir…à quelque chose. Quoi ? J’ignore encore. Mais j’ai confiance en la vie et en ce qu’elle décidera de m’apporter…

Et vous, écrivez-vous ?

Les sublimes illustrations sont issues du site de Laura Csajagi, qui était présente aux Imaginales l’année dernière (et peut-être cette année ?). Allez voir son travail superbe !

Publicités

3 thoughts on “Un projet un peu fou…”

  1. Ah que j’ai bien aimé cet article! Tu me donnes l’envie de réécrire mes anciennes histoires au goût du jour! J’ai plusieurs pensées au sujet de ton article, alors je vais essayer d’y aller avec une certaine structure.

    « Camellia, c’était moi. Je sais, c’est cliché de dire qu’on écrit juste parce qu’on a besoin de se psychanalyser. Mais je crois qu’au fond de nous, l’écriture est toujours un peu liée à notre psychologie. Ce serait mentir que de prétendre le contraire.  » -> Je suis tout à fait d’accord sur ce point! La plupart des personnages que j’ai inventés ont des points communs avec moi, que ce soit par mes passions ou par des évènements qui se sont passés dans ma vie. Cela est le cas pour tous ceux qui écrivent des histoires, je crois.

    « J’ai peur du regard des autres. Quand je vous dis que j’écris avec mon âme, c’est vrai. Ma plume, c’est juste un bout de moi couché sur le papier. Alors j’angoisse toujours un peu avant de montrer mes écrits à quelqu’un. » Ah que je te comprends… Tous les gens qui créent, ou du moins, ceux que je connais, ont le même sentiment qui les empêche souvent d’exposer leurs oeuvres. C’est mon cas aussi! Beaucoup plus pour mes compositions que pour l’écriture par contre… On n’arrête pas de me répéter que je pourrais publier des pièces sur Soundcloud, mais la seule chose dont j’ai été capable de faire est de publier des reprises :’) Je vais peut-être y arriver un jour, quand je vais me sentir assez douée. Prends ton temps, ne précipite pas les choses pour montrer ton roman aux gens, rien ne presse! Tu es encore jeune 😉

    Je te félicite pour ton roman! Trois mois intensifs, cela a dû être super à vivre… Les personnages vivent autour de toi durant tout ce temps!
    Je ne te l’ai jamais dit, mais te souviens-tu de ton texte qui s’intitulait « La véritable histoire de Voldemort » ? Je l’avais tellement aimé que je l’ai sauvegardé dans mon ordinateur, pour pouvoir le relire!
    J’adore ton style d’écriture, tu sais? Tu nous transportes dans une autre monde, comme notre cher René Barjavel adoré 😉 J’apprécies toujours de lire tes petits textes sur Instagram… Si un jour tu décides de publier ici des bouts d’histoires, je vais être la première à les lire!

    Affectueusement,
    Mab xx

    PS: Je vais allée à la poste cette semaine pour envoyer ta lettre! Tu devrais la recevoir d’ici la mi-juin c:

    Aimé par 1 personne

    1. Hello ma jolie Mab ! Quand j’ai vu ton commentaire, j’ai bondi de joie 😀
      Tu devrais te remettre à l’écriture, ce serait super super ! Tu as tout un petit univers à toi et j’adore lire les posts de ton blog, même si je commente assez rarement… je réparerai cette faute ^^
      Et génial pour la lettre, je suis impatiente de la recevoir avec tes nouvelles >w< J'ai plein de joolies choses à te raconter aussi ^^

      Et pour ce que tu dis par rapport aux personnages ; c'est tellement vrai ! Nos personnages sont (presque toujours) forcément des facettes de nous-mêmes ! On les interprète avec notre propre fonctionnement… j'ai du mal à penser comment ce serait possible autrement.

      Pour tes compositions, c'est aussi une histoire de prendre confiance en toi ! Et tu y parviendras ♥ C'est déjà bien que tu publies des reprises, c'est le début ! Il faut y aller pas à pas… Parfois, il faut qu'un déclic advienne pour nous dérouiller complètement de nos peurs… Je fais pareil que toi, je me force à faire lire aussi ce que j'écris ! C'est tellement plus chouette de partager, de toute manière…même si c'est difficile haha

      Tu n'imagines même pas combien je souris, derrière mon écran, en lisant tes compliments ! ♥ C'est le plus beau cadeau que tu puisses me faire ! Et je souhaite que tu aies pu voyager un peu avec l'imaginaire de Barjavel 😀

      Passe une douce journée ♥

      PS : je suis sûre que la douce voix de Méav pourrait également t'enchanter… une voix de sylphide dont on entendrait les échos par un matin brumeux… une plongée au coeur des légendes…

      J'aime

      1. Je vais aller écouter cela de ce pas! J’apprécie rarement le genre « celtique », mais je vais donner une chance à ces deux morceaux! c:

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s