Citations inspirantes, Contes & histoires, Douceurs enchantées, Projets de roman(s), Recettes magiques, Repas des elfes

Rêver avec des brioches épeautre-cannelle-noix de pécan

J’aimerais connaître la recette d’une potion, philtre ou breuvage subtil, qui me transporterait dans les mondes que je tisse de mots. J’aimerais courir sur les landes ou à la poursuite de feux follets aux côtés de ma sorcière, ma Jodie. J’aimerais promener la main sur les moellons et les pierres humides des murs du château de Kullinghan. J’aimerais plonger le nez dans les crins noirs et fournis de Xaos, galoper sur le dos d’Ailim, tâter les écailles des dragons.

Rien qu’une soirée, bercée par la voix des bardes et les joyeux trilles de la musique d’Otter. Rien qu’une après-midi, les yeux dans les yeux avec Jaufré de Rousselune…

img_0091

Je les connais, et cependant, je suis condamnée à ne jamais les voir qu’en imagination. Mes personnages… Des amis. Cruelle destinée de celui qui crée et dessine, qui enfante des mondes qui ne vivent que le temps d’un rêve… Rêve, réalité ; souvent, on oppose les deux. Mais les rêves ne sont-ils pas immortels ? Ne peuvent-ils pas se partager ? Lorsque je songe aux récits des mythologies antiques et celtiques, à ceux de Chrétiens de Troyes, des épopées qui ont survécu, je me prends à espérer – que mon petit monde vive un jour au-delà de moi. Du rêve d’un aède, Homère a fait l’Odyssée, dont tous, nous nous rappelons de l’aurore aux doigts de rose.

μος δ ριγνεια φνη οδοδκτυλος Ἠώς

(Emos d’èriyéneia phanè rhododaktulos Eos)

Loin de moi toute prétention littéraire. Je pense que ceux qui écrivent ne sont pas étrangers à ce sentiment : on aimerait que notre monde existe pour de vrai ! Je n’oserai jamais (jamais !) me comparer à Homère ni à aucun grand écrivain. Mais quelle meilleure façon de faire exister son empire de songes que de le partager ?

En attendant, je me console ; j’invente des recettes que je les imagine savourer, tous ensemble, Erell, un peu de gouaille au coin des lèvres, Jaufré regardant Nathaniel en chien de fusil, Jodie riant et secouant ses cheveux de jais, Karil réservant à Sovay les meilleurs morceaux…

img_0093

Petites brioches rustiques, petit-épeautre, pécan & cannelle

  • 150g de farine de petit épeautre complète
  • 150g de farine de kamut complète
  • 50g de farine de riz complet ou d’avoine
  • 100g d’huile de noix de coco fondue
  • 200ml de lait de noisettes/d’amande/de riz
  • 100g de noix de pécan concassées
  • 1 sachet de levure de boulanger
  • 1 cuillère à soupe de sucre complet
  • 1 cuillère à soupe de cannelle
  • 1 cuillère à café de mélange d’épices à pain d’épices
  • 1 généreuse pincée de sel

img_0100

Commencez par mélanger les farines ensemble avec les épices et le sel.

Pendant ce temps, tiédissez le lait avec le sucre et versez-y la levure. Laissez gonfler un moment.

Ajoutez l’huile, puis le lait et la levure au mélange de farine, et mélangez soigneusement, jusqu’à obtenir une belle boule de pâte non collante. Pétrissez soigneusement.

Formez ensuite de petites boules de pâte que vous laisserez lever sur une plaque, près d’une source de chaleur. Laissez lever au moins une heure.

Puis, à four chaud, enfournez 20min à 180°C.

img_0099

Régalez-vous ! Ces petites merveilles sont rustiques, assez compactes, peu levées, mais délicieuses en goût. J’adore le côté « roots » de la farine complète, qui se marie à merveille avec celui des épices. La croûte est croustillante, surtout sortie du four. Les petites brioches se dégusteront avec une purée de noisettes grillées, de la purée d’amande, un carré de chocolat ou bien, natures, telles quelles, toute chaudes encore – le parfum qui se dégage du four est une tentation en lui-même, oui-oui.

J’espère que vous apprécierez cette nouvelle plongée dans mon petit univers médiéval…

Tendrement vôtre,

Eve.

img_0088

Publicités
Contes & histoires, Douceurs enchantées, Projets de roman(s), Recettes magiques, Repas des elfes, Romans

Le pain des elfes – recette magique

L’excitation est un alcool précieux.

Jeudi 9 février, mon roman et le petit univers qui en découle fêtaient leurs un an. Cette journée a été aussitôt décrétée spéciale. Un lever poétique bien avant l’aube et une séance de Yoga, tandis que l’encens répandait dans la pièce ses vapeurs sacrées… Quelques rêves murmurés au nuage, les yeux brillants de certitude que le futur sera très beau, très brillant, et très doux. De plus en plus, je ressens l’envie que l’aventure de l’écriture se prolonge, se concrétise, prenne d’autres chemins, d’autres voies… J’espère que vous me suivrez dans cette nouvelle épopée, vous qui me lisez…

img_0069

Ce jour-là, je ne suis pas allée en cours – jusqu’au bout, je voulais rendre ce jeudi spécial. Mon ordinateur dans ma besace, chevauchant les rêves et les moindres rayons de soleil, j’ai hanté la BU et mon café favori, m’enfonçant dans les coussins de son ambiance moyenâgeuse et la musique sucrée déversée par les enceintes. Le thé Pomme d’Amour était parfumé à souhait ; le chocolat fondait sur la langue avec un goût plus délicat qu’à l’accoutumée. Tandis que les mots s’égrenaient les uns aux autres… Ce jour-là, j’ai terminé de corriger les cinquante dernières pages de mon manuscrit, retouché certaines scènes, été heureuse, puis triste, de quitter ceux qui sont devenus des amis, qui habitent mon esprit de leurs sourires et de leur courage. C’était un moment que je ne pouvais partager avec personne, je crois.

Pour fêter cette date symbolique, j’ai décidé de publier sur mon blog écriture (La Couleur de la Magie) quelques bonus divertissants du 9 au 15 février. Vous y trouverez notamment un horoscope fictif des personnages principaux, des fiches-personnages, des recettes… N’hésitez pas à aller les découvrir ou à vous plonger dans mon petit univers ! Les premiers chapitres du roman sont postés, ainsi qu’un synopsis. Je serai ravie de recueillir vos impressions, vos avis, vos pensées ♥

~ ♦ ~

img_0066

Pour ne pas rompre avec la poésie de mon univers, quelques recettes tirées de mon roman, ou inspirées par mes personnages, vont être postées sur Antidote Veggie. La première est un petit délice que je nomme « le pain des elfes », à la fois parce qu’il est fort riche en goût et en énergie, et à la fois parce que les ingrédients qui le composent évoquent la forêt et l’automne roussoyant – oui, mon imaginaire associe cannelle, noisettes et vanille à l’automne.

Je vous propose donc un voyage gustatif sur les terres de la magie, en compagnie de renards, d’elfes des bois (pas au sens Tolkenien du terme… mes elfes sont des créatures mi-arbres mi-fées) et de héros ratés.

Sellez votre monture ou votre dragon et…partez pour un galop au milieu des futaies dorées !

img_0077

Pain des Elfes :

  • 100g de noisettes décortiquées
  • 150g d’un mélange d’amande et de noix de cajou (non grillées, non salées)
  • 150g de dattes moelleuses (Mazafati ou bien des Medjool trempées pendant 15min dans de l’eau tiède, ou bien des Deglet Nour trempées 2h)
  • 50g de pistaches concassées, décortiquées, non-salées, non-grillées
  • 50g d’un miel qui vous plaît (miel de chêne, pour moi, pour rappeler la forêt…)
  • 1 cuillère à soupe de cannelle en poudre
  • une belle pincée de vanille
  • une généreuse pincée de sel

Commencez par réduire au mixeur les oléagineux (noisettes et amandes) en poudre grossière (il doit rester des morceaux). Réservez.

Mixez les dattes avec 1 cuillère à soupe de leur eau de trempage, avec le miel, le sel et les épices.

Ajoutez les éclats de pistache, la poudre grossière (vraiment très grossière…plus des petits morceaux que de la poudre, à vrai dire) au mélange dattes-miel-épices, puis malaxez le tout de façon à former une boule collante.

Avec la pâte obtenue, façonnez des galettes ou des petits pains en pressant dans votre paume. Déposez les gâteaux obtenus sur une assiette, délicatement, puis réservez au frais pendant une heure au minimum.

Vous pouvez déguster ♥

img_0078

Ces pains des elfes sont particulièrement appréciés par les voyageurs en hiver ou au printemps. En plus de redonner de l’énergie, leur goût est délicieux. Leur effet est un peu magique : la cannelle envoûte le palais, et son effet régulateur de la glycémie fera du bien à votre organisme ! Les dattes, fructose, vitamines B et oligo-éléments (potassium, calcium, fer) restituent vos forces et nourrissent vos muscles, les bons lipides (insaturés) des fruits secs nourrissent le cerveau et sont une source sûre d’énergie.

Si vous réalisez cette recette, n’hésitez pas à m’en faire part, aventuriers du goût que vous êtes !

Tendrement vôtre,

Eve.

Douceurs enchantées, Les dîners du chat, Recettes magiques, Repas des elfes

Imbolc ou Chandeleur – les crêpes n’attendent pas

Imbolc incarne l’esprit du printemps qui veille sur les bois et s’y promène. Oserez-vous partir à sa rencontre, ou resterez-vous dans votre cuisine, prêt à inviter le soleil sous forme de crêpes ? Il est bien connu qu’à la Chandeleur, nous cuisinons des crêpes. Pourquoi, au juste ? parce que leur forme ronde évoque l’astre solaire qui émerge de son tombeau hivernal et vient briller sur le monde.

Pour cela, je vous propose différentes recettes de crêpes, véganes ou pas, sans gluten ou pas, salées ou non, afin que vous puissiez trouver votre bonheur…et célébrer le retour de la lumière, en famille, avec ceux qui comptent pour vous !

img_0063

Crêpes mystiques d’améthyste :

  • 100g de farine de sarrasin
  • 100g de farine de maïs violet
  • 50g de fécule de tapioca (ou farine de manioc)
  • une généreuse pincée de sel

Note : ces crêpes se prêtent fort bien à toutes les fantaisies ! Vous pouvez les consommer salées, ou bien sucrées ; elles accompagnent fort bien purées de noisettes et chocolat. Si vous les aimez sucrées, ajoutez une cuillère à soupe de sucre à la pâte.

Crêpes topaze du soleil :

  • 150g de farine de pois-chiche
  • 100g de farine de maïs
  • 50g de fécule de tapioca ou farine de manioc
  • 1 cuillère à café rase de curcuma
  • coriandre moule
  • paprika
  • gingembre moulu
  • ail semoule
  • une pincée de cannelle
  • une généreuse pincée de sel

Note : d’inspiration indienne, ces crêpes sont plutôt épaisses, moelleuses, et se contentent d’un accompagnement sobre. Pourquoi pas une belle salade, et une salsa bien relevée, rafraîchissante à la mangue, conventionnelle, à la tomate et au piment ?

 img_0056

Crêpes rustiques de Brocéliande :

  • 250g de farine de sarrasin fraîchement moulue (pour un irrésistible parfum de noisettes)
  • une généreuse pincée de sel
  • facultatif : orties en poudre et ail des ours en poudre

Note : leur belle couleur verte, leur goût à la fois riche, de noisette, en fait les partenaires idéales des mets salés ! Mais avec du chocolat (faites dans ce cas l’impasse sur les orties !), ces crêpes de caractère, iront très bien aussi. Elles sont excellentes avec de la cannelle, cuites dans de l’huile comme de petits beignets (sans les orties et l’ail des ours, haha).

Crêpes moelleuse d’avoine et d’Irlande :

  • 150g de farine d’avoine complète
  • 100g de farine de maïs, de blé ou de sarrasin
  • 50g de farine de tapioca ou de maïzena
  • une généreuse pincée de sel

Note : l’Irlande m’évoque toujours les collines rondes, les galops irrépressibles des chevaux, la musique qui danse avec le vent impétueux…et l’avoine. Céréale réchauffante et réconfortante par excellence, laissez-vous bercer par ces crêpes moelleuses, délicieuses aussi bien en salé qu’en sucré.

Crêpes aux pierres précieuses :

  • 150g de farine de maïs
  • 100g de farine de pois-chiche
  • 50g de farine de riz complet
  • une généreuse pincée de sel
  • environ 300g de légumes râpés en mélange (betterave, carotte, courgette, panais, etc.)

Note : toutes les occasions sont bonnes pour manger des légumes ! Ces crêpes complètes, à la fois riches en protéines, en couleurs et en goût, peuvent être garnies, ou bien cuites sous forme de « crêpettes » et dégustées avec une salade ou des légumes, ou en accompagnement d’un curry, par exemple.

Pour toutes les crêpes, commencez par mélanger les farines avec les épices et le sel, puis ajoutez progressivement de l’eau ou du lait végétal (j’aime utiliser de l’eau pour les crêpes au sarrasin, du lait d’avoine ou de riz pour les autres), jusqu’à obtenir une consistance de pâte à crêpe.

Huilez généreusement une poêle, et, quand elle est chaude, versez une louche de pâte à crêpe. Laissez-cuire jusqu’à ce que le dessus soit sec, retournez-la, puis répétez l’opération jusqu’à épuisement de la pâte. Il est possible (et recommandé !) d’huiler régulièrement la poêle pour éviter que les crêpes attachent.

img_0059

Des idées de garniture ?

  • fondue de poireaux ;
  • salade verte à l’umebosis et tofu lactofermenté ;
  • crudités, seitan et faux-mage ;
  • fromage de chèvre, noix, salade verte ;
  • tapenade d’olives ;
  • caviar d’algues et dés de tofu marinés au citron ;
  • carottes râpées et noix…

img_0020

  • chocolat fondu ;
  • purée de noisette ;
  • jus de citron et sucre ;
  • sucre complet ;
  • confiture ;
  • marmelade d’orange
  • soyez créatifs !!
Forêts & nature, Nature & balades, Réflexion

Trésors d’Imbolc

Je l’ai pour la première fois rencontrée il y a des années. Son teint avait encore la pâleur de l’hiver, mais dans ses yeux, brillait une lueur douce et précieuse ; une promesse de verdure et de bonheurs à cueillir.

Dans les bois, il arrive qu’elle se laisse apercevoir entre deux troncs, sourire taquin, silhouette alanguie contre un chêne. Elle aime, quand elle est sûre d’avoir capté l’attention, s’enfuir par des sentiers indiscernables, qu’aucun humain ne peut connaître. Le son de ses pas est étouffé par la mousse et la couche de feuilles déposée par la morte saison. Et pourtant, sous ses pieds menus, on discerne de tendres pousses vertes, crocus, perce-neiges, fleurs précoces, qui percent le sol gelé. Dans les arbres autrefois muets, retentissent des froissements d’ailes, des pépiements, une symphonie qu’on avait cru perdue.

Chaque année, le monde sait comment renaître. Et chaque année, notre émerveillement est intact.

Chaque année, Imbolc aux joues de printemps paraît et sème la vie sur son chemin. Suivez-la, suivez les flambeaux de sa lumière. Vous pourriez être surpris du résultat…

forest-868715_960_720

Elle a nom Imbolc. C’est à peine une enfant, vêtue de guenilles et cependant aussi belle et fraîche que le jour. Sa courte chevelure danse dans le vent ; ses mains sont tièdes et guérissent les crevasses de l’hiver. Elle apporte le printemps dans ses bras. Lorsque la belle saison des danses et des prairies fleuries sera venue, Imbolc deviendra Beltane, une jeune fille au déhanché séduisant. Elle sait qu’à l’été, moissons dorées dans les champs, pour Lugnassad, elle enfantera la prochaine récolte, et qu’à Samhain, elle devra s’allonger dans sa clairière dans la forêt, sous sa couche d’humus, et patienter tout l’hiver, jusqu’à ce que la lumière se fraie chemin jusqu’à elle. Mourir, car chaque sommeil est une petite mort. Puis renaître.

Danse de la vie, cycle immuable.

Enfant, jeune fille, mère et vieille femme.

girl-757030_960_720

Pour nous, le monde dort encore. Pourtant, le mois de janvier, aussi froid a-t-il été, apporte déjà de sensibles changements dans l’atmosphère. Il y a cette lumière qui se prolonge chaque soir un peu plus ; le bleu des ciels ; et les oiseaux qui semblent crier aux citadins, trop pressés pour remarquer ces modifications : « Regardez ! Tendez l’oreille ! Mais n’entendez-vous pas ? N’entendez-vous pas nos chants ? Nous célébrons les prémisses du printemps, de la vie qui revient ! »

Pour les Celtes, le printemps était précoce et débutait dès le premier février ; on appelait cette date Imbolc, mot qui signifie « lait de brebis », car c’était la période à laquelle les premiers agneaux naissaient ; mais on l’appelait aussi Brigantia, en référence à Brigid, la Grande Déesse aux Trois Visages du panthéon celtique.

Cette journée est toujours pour moi un peu spéciale. Ce matin, j’ai passé un long moment sur mon tapis de Yoga, puis à promener un bâton d’encens et ses volutes de fumée bleue, dans ma chambre enténébrée. J’ai murmuré au ciel indigo des envies de bonheur, de changement, j’ai posé de nouvelles intentions pour le mois à venir. Même si la grisaille règne et que les arbres sont nus, j’admire le ballet des oiseaux. Je guette les premières pousses, caresse les bourgeons sur les branches des arbres. Je respire…

Et surtout, je cuisine un petit quelque chose… Des pains dodus à l’avoine pour évoquer le retour prochain du soleil. Et le lendemain, le 2 février, parce que la Chandeleur a une ascendance celte, nous cuisinons toujours des crêpes. A demain pour une recette de crêpes pour ensoleiller votre cuisine ? Et enchanter votre palais…

En attendant, prenez du temps pour vous, pour vous reconnecter à la nature et à la force de vie assoupie en vous, qui s’éveille lentement de l’engourdissement hivernal. Offrez-vous le temps de rencontrer la mystérieuse Imbolc…

fallow-deer-984573_960_720