Les dîners du chat, Nature & balades, Recettes magiques, Repas des elfes

Bol du printemps

Avec le printemps et les beaux jours qui reviennent, nos corps ont besoin de fraîcheur, d’aliments nutritifs pour s’éveiller de la stagnation de l’hiver. Sans parler de « détox », il est normal de consommer davantage de crudités, de verdure, pour lancer les processus de nettoyage du foie, de la vésicule biliaire, et nous alléger, tout en douceur. Si on suit les biorythmes de notre corps, prendre un ou deux kilos en hiver n’est pas dramatique et imite les réflexes de protection et de survie dont nos ancêtres usaient pour se protéger du froid.

IMG_0511

Au niveau des énergies, le printemps demeure la saison du nettoyage. Il est bon de consommer, en guise de petit rituel du matin, un jus de citron dans de l’eau tiède. Tout en réveillant le système digestif, cela active le travail du foie et des émonctoires. Or, un foie en bonne santé, c’est de la vitalité en plus ! Je ne sais plus trop dans quel livre j’avais lu cela, mais je me souviens que cela m’avait fait rire : un médecin racontait que, pour rien au monde, il ne voudrait faire le travail du foie. Vous imaginez ? Fonctionner 24h/24 et 7j/7, assumer plus d’une centaine de fonctions vitales pour l’organisme, gérer et digérer les hormones, produire le cholestérol, secréter la bile, contrôler en permanence la composition du sang… Cette glande à la fois endocrine et exocrine pèse plus de 1500g et ce n’est pas pour rien que son rôle est crucial dans la santé. Alors, autant soutenir son travail au printemps !

Pour nous purger des excès de l’hiver, rien de tel que de consommer les trésors que nous offre notre jardin ou la nature. Le pissenlit, avec ses charmantes fleurs jaunes, pétales étalés comme des soleils, vous dérange au milieu de votre pelouse ? Au lieu de l’arroser de désherbant, cueillez-le avec respect, poêlez ses fleurs avec vos oignons et vos jardinières de légumes, ajoutez ses feuilles à vos salades. Mieux que les petites gélules que l’on vous vend à prix d’or en parapharmacie ! N’hésitez pas non plus à consommer du radis noir, des artichauts, des légumes verts.

IMG_0531

Pour ma part, je n’aime rien tant que cuisiner à partir de mes petites récoltes sauvages. Tendres pousses d’orties (dont vous pouvez faire des potages, des tartes, des fondues…), ail des ours, toutes jeunes feuilles de tilleul, mâche sauvage, lamier pourpre, pousses d’aubépines, fleurs de primevère, de violette, et toute cette abondance de végétaux que nous croisons sur les chemins de promenade, mais que nous dédaignons, peuvent venir agrémenter nos repas. J’adore, le soir venu, me hasarder dans mon jardin. J’effleure les bourgeons, je hume les grappes de fleurs des cerisiers, je traque les reflets du couchant sur l’eau et à travers les feuillages. Je ne reviens jamais à la cuisine sans une généreuse brassée de plantes sauvages pour agrémenter mes repas.

Aujourd’hui, je vous propose justement de composer un bol que certains nommeront « détox », d’autres « bouffée de nature ». Je lui donne le doux nom de « bol de sorcière », mais libre à vous de choisir d’autres qualificatifs. L’essentiel étant…de vous faire du bien.

Alors… préparez-vous pour une promenade dans la campagne !

IMG_0536

Bol de sorcière du printemps :

Pour une personne

  • 50g de mâche, lavée
  • 1 endive
  • du kimchi ou de la choucroute crue
  • du caviar d’aubergines (fait maison, ou acheté)
  • 1 cuillère à soupe d’huile de colza
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre ou vinaigre balsamique
  • 1 cuillère à café de vinaigre d’umebosis (un vinaigre japonais, préparé à partir de prunes ume, des petites prunes en saumure. Vous pouvez remplacer par une cuillère à café de moutarde à l’ancienne, ou tout simplement, passer cette étape, et saler normalement votre vinaigrette)

Pour les ingrédients sauvages

  • 1 petite poignée de jeunes pousses d’aubépine (l’arbre des poètes ! Il en pousse partout, dans les haies, dans vos jardins… Prenez garde à faire votre cueillette avec respect, sans arracher les bourgeons, et dans un endroit qui ne soit pas pollué par la route ou les pesticides), de feuilles de tilleul (cet arbre est omniprésent dans nos jardins et nos campagnes. Ses feuilles renferment des quantités intéressantes de vitamines et d’oligo-élément), de feuilles de pissenlit (même conseil : pour votre cueillette, choisissez un endroit qui n’est pas pollué, et prenez soin de ne pas dépeupler l’endroit de la plante choisie – même si pour chasser le pissenlit d’un endroit, je concède qu’il faut se lever tôt…)
  • 1 ombelle de fleurs d’ail des ours (facultatif)
  • 5 fleurs de primevère, pour décorer

Pour le pesto d’ail des ours :

  • 5 feuilles d’ail des ours
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 10g de noix de cajou ou d’amandes en poudre
  • 1 pincée de sel
  • quelques gouttes de jus de citron

IMG_0521

La préparation est on-ne-peut-plus simple.

Lavez soigneusement vos ingrédients sauvages (à l’eau vinaigrée, cela vaut mieux), et égouttez-les.

Lavez la mâche et l’endive.

Dans un bol (ou une assiette, mais je trouve la présentation plus jolie dans un bol), disposez la mâche, lavée et égouttée, avec l’endive, finement hachée. Nappez de vinaigrette.

Hachez les feuilles de pissenlit et mêlez-les aux jeunes pousses, dans le bol.

Préparez votre pesto : dans un mortier, concassez les noix de cajou avec l’huile d’olive, le sel, le jus de citron et ajoutez les feuilles d’ail des ours, finement hachées. Vous devez obtenir une pâte un peu granuleuse.

A NOTER : vous pouvez préparer une plus grande quantité de ce pesto dans un blender (ce sera peut-être plus simple), en sachant qu’il se conservera deux jours au réfrigérateur. (et pourra accompagner des pâtes, des tartines, des tartes salées…)

Nappez votre salade sauvage de pesto d’ail des ours. Décorez avec les fleurs de primevère et d’ail des ours.

Ajoutez dans votre bol le kimchi, ou la choucroute crue, le caviar d’aubergines, humez les senteurs de cette mélange aussi beau que bon pour les yeux et les corps…et dégustez ! En pleine conscience.

IMG_0539

Sachez ainsi que l’endive, avec son amertume caractéristique, est une plante excellente pour les fonctions hépatiques. La mâche renferme dans ses feuilles de précieuses vitamines et des oméga 3, de même que l’huile de colza. Toutes les plantes sauvages contiennent d’intéressants taux de protéines et d’acides aminés, en plus d’oligo-éléments et de toutes les vertus des jeunes plantes, hardies et gorgées de vitalité. L’ail des ours, avec son délicat parfum aillé, relève les plats, en plus de contenir des substances intéressantes pour la santé (soufre pour les cheveux, vitamine C, vitamines B).

Ne craignez pas la quantité de « gras » qui peut paraître importante, dans cette recette. Ce ne sont que des lipides bons pour la santé, et pour la ligne. (pour être honnête, je n’adhère absolument pas au concept des graisses qui font grossir. Si vous craignez pour votre ligne, surveillez plutôt les glucides, lesquels, en augmentant la production d’insuline, entraînent un plus grand stockage des graisses sur le corps.)

J’espère que cette petite recette, déclinable à l’envi, vous plaira ♥

Tendrement vôtre,

Eve.

IMG_0618

Publicités