Chocolat & compagnie, Douceurs enchantées, Recettes magiques

Brownie/fondant minimaliste au chocolat

J’en suis à une période de ma vie où j’oscille entre neuf et ancien. D’anciennes attaches continuent de me relier au passé par d’imperceptibles filins, mes pensées recyclent de vieux schémas que j’ai répété depuis l’enfance, avec plus ou moins d’inconscience. Et puis, il y a ces habitudes nouvelles, ce sens de la liberté qui émerge peu à peu, la conscience que je répète la symphonie de la mélancolie depuis des années, et l’envie de me délivrer de tout cela… Entremonde.

IMG_0801

Cet état a ceci d’effrayant que je suis à la confluence de dizaines de sentiers différents. Chacun représente un avenir, des choses que l’on a imaginées pour moi, ou auxquelles je rêve moi-même. Il y a ces voies qu’on aimerait me voir embrasser, et qui paraissent…logiques, raisonnables, dirai-je, quoique infiniment ternes. Et puis, il y a les autres, plus folles, plus imprévisibles, voies du cœur, voies de l’âme, vers lesquelles je me dirige, lentement, timidement, mais sûrement. Parfois, je glisse un pas sur un de ces nouveaux chemins, pour aussitôt bondir en arrière.

Douloureux Entremonde… Poésie de l’Entremonde, aussi, où tous les choix sont encore bourgeons. Il faudra voir ce que le Temps fera de ces jeunes pousses. Lesquelles s’épanouiront, lesquelles demeureront possibles jamais éclos.

IMG_0825

En attendant, parce que l’attente est parfois un peu douloureuse, je m’empiffre toujours autant de chocolat.

Après avoir eu ma période crème choco-cajou, brownie cru, barres au chanvre, truffes véganes, je crois que je viens de tomber dans les bras d’une nouvelle addiction. Tout a débuté à cause d’une photo, sur le compte d’une copine d’Instagram, d’une recette qui refusait de me quitter l’esprit, et d’une matinée en cuisine… Après un attentat à la banane bien mûre, un rapt de purée d’amande, et une rançon de chocolat, une sorte de fondant absolument indécent de gourmandise et de moelleux est né. J’ignore son nom, mais j’honore sa simplicité, sa texture, ses parfums. Et je ne peux que partager la recette avec vous, d’après @veganbb13

IMG_0836

Fondants véganes cacao-banane-amande :

Trois ingrédients, cinq minutes de confection, 15 ou 20 de cuisson… Voici ce que j’appelle une recette paresseuse. Mais néanmoins délicieuse…

  • 4 bananes bien mûres
  • 50g de cacao en poudre
  • 150g de purée d’amande complète, ou de purée de noisette
  • 1 pincée de sel marin, ou de sel rose de l’Himalaya (facultatif)
  • 1 pincée de vanille en poudre (facultatif)
  • 50g de noix de pécan/noisettes/macadamia grossièrement concassées (facultatif)

IMG_0830

Préchauffez le four à 180°C.

Écrasez les bananes avec la purée d’oléagineux de votre choix, ajoutez le cacao progressivement, puis la vanille et le sel.

Versez le mélange obtenu dans un petit moule carré.

Laissez cuire 15 ou 20 minutes, selon que vous souhaitiez un résultat plus ou moins fondant, plus ou moins pâteux.

IMG_0837

J’ai failli tout dévorer à la sortie du four : verdict, tiède, c’est un délice. D’après @veganbb13, après quelques heures de réfrigération, le tout prend une irrésistible consistance qui évoque un flanc bien dense. A vous de voir, selon vos préférences ! Le tout étant que vous…vous régaliez ♥

Tendrement vôtre,

Eve.

Publicités
Chocolat & compagnie, Douceurs enchantées, Recettes magiques

Le gâteau secret au chocolat et au chanvre

(et je précise que ce chanvre, cultivé, n’a rien à voir avec celui qu’on planque dans les Space Cake, haha)

20160614_085744[1]

Les gâteaux crus… Une fois qu’on a mis le nez dedans…eh bien c’est difficile de ne plus y succomber !

Ma toute première expérience, c’était avec un très très savoureux brownie cru dont il faudra bien que je vous parle un jour ou l’autre, parce que c’est une merveille.

Mais celui-là, dont je vais vous parler dans cet article… Mon dieu, on n’en ressort pas indemne. Surtout quand on sait qu’il est composé de peu d’ingrédients, facile à faire et à déguster (haha) et qu’il ne contient que des choses très bonnes pour la santé (et que j’ai beaucoup de mal à avaler autrement que planqué en gâteau avec une tonne de chocolat, si vous voulez savoir).

C’était une expérimentation totale qui s’est transformée en succès !

20160614_085704[1]

Bon, assez de baratins et place à la recette ?

Je ne vous dirai qu’une chose : si vous êtes comme moi et que le goût du chanvre vous rebute, que vous ne savez plus comment en consommer sans être dégoûté(e)… Vous avez trouvé THE solution : un gâteau cru au cacao, graines de chanvre décortiquées (pleines de bonnes protéines, les huit acides aminés essentiels et des acide-gras oméga 3… Végétariens de tous les pays, unissez-vous et réclamez du chanvre !), vanille et huile de coco. Avec des dattes. Mazafati (en théorie, cette seule mention est censée vous faire baver. Euh, pas autant non plus, vous allez tremper votre clavier…). Et du sel rose de l’Himalaya.

Miam ?

Gâteau cru au chanvre, chocolat & vanille

  • 125g de graines de chanvre décortiquées (j’insiste. Pas les entières, surtout !! La texture ne serait pas terrible du tout…)
  • 25g de noix de coco râpée
  • entre 10 et 13 belles dattes Mazafati (selon leur taille et vos préférences gustatives : plus ou moins sucré ?)
  • 80g d’huile de coco (pour une texture un poil plus ferme, vous pouvez faire 30g de beurre de cacao et 50g d’huile de coco)
  • 30g de cacao cru (les fondus de cacao peuvent aller jusqu’à 40g)
  • une pincée de sel rose de l’Himalaya
  • une pointe de couteau de vanille en poudre
  • facultatif : une cuillère à soupe de mesquite ou d’açaï.

Commencez par mixer vos dattes (si vous prenez des Deglet Nour, pensez à les réhydrater une heure avant).

Réservez.

Mixez votre chanvre (ou si votre mixeur est puissant, vous pouvez mixer dattes et chanvre en même temps, cela vous fera gagner du temps !)

Faites fondre l’huile de coco (et le beurre de cacao – facultatif) au bain-marie ou dans une petite casserole.

Mélangez tous les ingrédients dans le bol du mixeur et…mixez ! Jusqu’à obtenir une pâte homogène, crémeuse et assez épaisse. Que vous étalerez dans un petit moule à manqué ou un petit moule carré.

Mettez au frais pour 2 heures minimum.

Sortez 10min (le gâteau sera tellement plus fondant…et yummy !) avant de consommer.

Vous pouvez le couper en carrés ou bien en parts, selon votre appétit et la manière dont vous avez envie de le présenter. Voilà !

Et surtout, régalez-vous bien ! 

Have a nice evening, guys !

20160614_085545[1]

Chocolat & compagnie, Douceurs enchantées, Recettes magiques

Beurre de noix de coco & deux recettes gourmandes

La noix de coco…

Elle a autant d’adulateurs que de détracteurs ! On l’aime ou on ne l’aime pas ; voilà un fruit qui agite les passions !

Ce fruit très gras, au goût doux, légèrement vanillé, est un must pour la cuisine des îles et apparaît dans de nombreux plats indiens… On lui reproche sa concentration en matières grasses, on boude son lait, soi-disant mauvais pour la ligne, et ses acides gras saturés. A tort ! De plus en plus, les dogmes nutritionnels comme quoi les graisses sont nos ennemies sont en train de reculer  et on se rend compte que les mécanismes du surpoids et de l’obésité sont bien plus dus à une surconsommation de glucides (raffinés…) et de sucre(s) (via les boissons sucrées, les desserts, le pain et le riz blanc), qui font grimper la glycémie et provoquent des pics d’insuline en chaîne. Or, une fois le pic d’insuline, brusque, passé, le corps est à nouveau en manque de sucre. C’est l’hypoglycémie réactionnelle. La boucle est bouclée ; voilà comment on peut aisément devenir addict au sucre, sous toutes ses formes…

20160223_085212[1].jpg

Or, l’organisme, qui est agressé, va avoir tendance  à stocker le sucre sous forme de graisse, à des endroits du corps joliment mal-placés, si vous voyez ce que je veux dire… Bref, tout ça pour dire : diaboliser les graisses était une fausse piste ; elles sont vitales pour l’équilibre de notre cerveau et de notre petit corps, dans toute leur incroyable diversité… Pour autant, il ne faut pas condamner complètement les glucides, ce serait une hérésie : ils restent une source non-négligeable d’énergie pour notre précieux corps et sont essentiels à notre santé. Soyons intelligents, simplement, et tâchons de faire confiance à la nature, dont  l’abondance d’aliments naturels est propice à notre bonne santé, et boudons les produits trop raffinés ou trop transformés… Tout est une question d’équilibre

Mais je m’égare, je m’égare ! Revenons à notre jolie noix de coco… Encore une fois, prononçons  quelques mots qui fâchent : graisses saturées, encore un terme qui fait  polémique… On les accable de mille maux : elles bouchent les artères, donnent du cholestérol, sont dangereuses… Encore une fois, la réalité est mille fois plus complexe que ces quelques recommandations très édulcorées de la réalité. Certes, les graisses saturées des viandes, des produits laitiers et des charcuteries peuvent avoir ces effets. Dans notre alimentation occidentale, nous les consommons en trop grande quantité, trop fréquemment, et souvent, à tous les repas. Ces aliments, trop riches en graisses saturées, favorisent les maladies cardiovasculaires et les troubles métaboliques, en plus de contenir trop de sel (charcuterie), par exemple. Mais, comme je l’ai dit, la réalité est bien plus complexe, et toute graisse saturée, n’est pas mauvaise. Consommées raisonnablement, elles sont même essentielles pour notre santé ! Que disait Paracelse ? C’est la dose qui fait le poison comme le remède… Parcimonie est le maître-mot.

C’est pourquoi on préconise aux végétaliens stricts de consommer régulièrement un peu de noix de coco, sous forme d’huile de première pression à froid, de noix de coco râpée, de beurre de coco… Les graisses saturées contenues par ce fruit sont assez exceptionnelles, de par leur concentration en acide laurique, un acide gras que l’on retrouve également…dans le lait maternel ! Je me réfère ici à l’article très complet de Mély qui m’a appris, il y a des années, de multiples choses sur la précieuse noix de coco.

Les acides gras de la noix de coco sont des acides gras à chaîne moyenne. On les distingue des acides gras à chaîne longue (omégas 3, par exemple) et des acides gras à chaîne courte. C’est une distinction purement chimique, selon le nombre d’atomes de carbone qui les composent : de 4 à 8 pour les chaînes courtes, de 14 pour ceux à chaîne courte, à plus de 14 pour ceux à chaîne longue. Leur avantage est que ces acides gras à chaîne moyenne constituent une forme d’énergie intéressante pour nos muscles et nos cellules.

Donc, consommée avec parcimonie, notre huile de coco est une alliée de notre santé !

Surtout que des études internationales mettent aujourd’hui en avant les qualités de cette huile…contre des pathologies aussi graves que la maladie d’Alzheimer. C’est le Dr Mary Newport qui contribue à populariser cet usage de la noix de coco. En effet, elle permet de prévenir la dégénérescence neuronale voire de limiter les effets délétères et les pertes de mémoire associées à la maladie d’Alzheimer. CEPENDANT, il ne s’agit pas d’un traitement miracle, mais simplement d’une manière de prévenir/retarder les effets d’Alzheimer.

L’huile de coco a encore d’autres vertus : l’acide laurique soutient à la fois notre système immunitaire et renforce notre flore intestinale… La nature est vraiment merveilleuse !

Evidemment, la noix de coco, nous la connaissons tous. Ce que j’ai découvert, grâce à Internet, c’est toutefois le beurre de coco ; un délice dont tant Mély du Chaudron Pastel, qu’Antigone, vantaient les mérites. Ces deux bloggueuses de talent ne sont plus à présenter, évidemment, et si vous ne les connaissez pas, filez rattraper votre méfait en allant admirer leur travail !

Le beurre de coco, c’est l’équivalent très cocoté des purées d’amande, de cajou, de noisette and so on, qu’on ne présente plus. Sauf que, grâce aux propriétés de ce fruit, il est solide en dessous de 25°C ; ce qui présente une infinité d’utilisations, n’est-ce pas ?

J’ai mis longtemps à sauter le pas et à enfin préparer mon propre beurre de coco (il est encore difficile d’en trouver dans les rayons, même des magasins bio ; Internet peut rester une bonne option, quoiqu’un peu onéreuse). La procédure était pourtant d’une simplicité déconcertante…à condition qu’on dispose d’un mixer assez puissant. Ce qui, longtemps, n’a pas été mon cas…

Et puis, un jour, je m’y suis mise. Et j’ai adoré.

Surtout que la préparation ne nécessite qu’un seul et unique ingrédient : de la noix de coco ! A la rigueur,vous pouvez ajouter une belle cuillère à soupe d’huile de coco afin de faire prendre le beurre plus facilement, surtout si votre mixer est peu puissant.

Beurre de Coco

  • 500g de noix de coco râpée
  • (facultatif) 1 très belle cuillère à soupe d’huile de noix de coco (soit environ 30g)
  • (facultatif : personnalisez votre beurre de coco ! Une pointe de vanille, quelques dattes mixées pour sucrer… laissez parler votre créativité !)

♥ Réunissez tous vos ingrédients dans le bol de votre mixer…puis mixez !

♥ La procédure va être assez longue et mieux vaut faire des pauses pour ne pas trop faire chauffer le moteur du mixer…

♥ A chaque fois que vous vous arrêtez, ramenez la préparation au milieu du bol et raclez les bords.

De poudre fine, la consistance doit finir par approcher une crème épaisse, puis devenir liquide, homogène et crémeuse. Alors, c’est que votre beurre est prêt… Versez-le dans un pot en verre, ou bien dans des petits moules pour déguster comme une friandise : c’est ce que Mély propose.

Quelles utilisations ? Sur des tartines ; pour glacer un gâteau avec du sucre ; mélangé avec du miel, des dattes et de l’eau de fleur d’oranger, pour fourrer un gâteau ; pour remplacer les matières grasses d’un gâteau ou d’une pâte à tarte ; pour faire des truffes crues et végétaliennes… Les utilisations sont variées, faites-vous donc plaisir ! ♥

Pour ma part, je vais vous proposer une petite recette très très très gourmande qui allie le fondant de la noix de coco au cacao et aux dattes, dans de délicieuses friandises au parfum de bounty… Elles ont fait le régal de mes goûters et de ma famille !

20160223_085146[1].jpg

Friandises très gourmandes cacao-coco-dattes

  • 125g de beurre de coco fait maison
  • 30g de poudre de cacao cru (ou normal, non-sucré, si vous préférez)
  • 70g de dattes Mazafati (elles ont l’avantage de ne pas nécessiter de pré-trempage, étant déjà très moelleuses… Vous pouvez utiliser des Deglet Nour que vous ferez tremper pendant deux heures, ou bien des Medjool, si vous ne voulez pas faire de trempage : elles sont très tendres)
  • une pointe de couteau de vanille en poudre
  • une pincée de sel

♥ Réunissez dans le bol d’un mixer votre beurre de coco à température ambiante (voire légèrement tiédi au bain-marie pour le rendre moins dur à travailler), les dattes, le cacao cru,la vanille et le sel.

♦ Mixez !

♥ Placez dans des petits moules en forme de cœur, de rond, d’étoile…votre mixture, puis réservez au frais pour une bonne heure. Démoulez ! ♥

♦ Ces petites friandises sont délicieuses pour combler une petite faim et refaire le plein d’énergie, ou avant une séance de sport. Vous pouvez également les offrir à vos proches, délicatement emballées. Régalez-vous !

 

J’espère que cet article vous aura ouvert de nouvelles et fantastiques perspectives sur la noix de coco… N’hésitez pas à tester et expérimenter…et tenez-moi au courant !

Portez-vous bien ♥

Douceurs enchantées, Recettes magiques

Tartelettes crues aux fruits rouges

« Mon corps est un jardin, ma volonté est son jardinier. » Shakespeare.

 

A Noël, j’ai reçu le livre de Pâtisserie Crue d’Ophélie Véron, du blog engagé et végane http://www.antigonexxi.com …et j’ai adoré ! Je n’ai pas encore réalisé un grand nombre des recettes qu’elle y propose, mais elles m’ont inspiré un certains nombre de petites créations, en observant la manière dont elle procédait, notamment pour les pâtes à tarte crues. Si cette manière de cuisiner vous intéresse, je ne peux que vous recommander cet ouvrage ; Antigone explique et présente les ingrédients les plus utilisés dans cette cuisine et les recettes qu’elle propose n’exigent pas de matériel particulier (hormis un mixer/blender de puissance moyenne) pour être exécutées, ce qui est un véritable atout.

Le crudivorisme peut être une manière très saine de s’alimenter…à condition qu’on digère bien le cru, ce qui n’est pas le cas de tout le monde… Notre petit organisme est unique et le mieux est de l’écouter, il sait ce qui lui convient… Théoriquement, cette recette, celle que je vous présente ce soir, n’est pas trop agressive pour les petits ventres les plus sensibles, mais il est toujours possible d’opérer une cuisson (douce) de la pâte pour ceux qui ont des soucis de digestion.

La pâte est à la fois fondante et croustillante grâce à la présence de flocons d’avoine (intolérants au gluten, optez pour des flocons d’avoine sans gluten, ou des flocons de sarrasin) et présente un petit parfum de cacao, discret ; quant à la garniture, elle présente volontairement des notes acidulées, pour contrer le sucré de pâte. N’hésitez cependant pas à augmenter la quantité de sucre si vous préférez la douceur ! ♥

 

Petites tartelettes aux fruits rouges

Ingrédients : (pour six petites tartelettes ou quatre grandes tartelettes)

Pour la pâte :

  • 100g de dattes (mazafati de préférence, elles sont plus fondantes. C’est un véritable caramel, un bonbon de la nature)
  • 50g de flocons d’avoine ou de sarrasin
  • 50g de farine de souchet
  • 5g de poudre de cacao cru
  • 75g d’huile de noix de coco et de beurre de cacao mélangés, fondus (1/3, 2/3, pour les proportions, à peu près)
  • une pincée de sel

Pour la garniture :

  • 300g de fruits rouges en mélange (framboises) frais (ou décongelés)
  • 4 cuillères à soupe de sirop d’érable
  • 40g de beurre de cacao fondu
  • 1 cuillère à soupe de graines de chia mixées
  • vanille

♦ Commencez par préparer la pâte : mixez les flocons pour les réduire en farine, puis versez dans un saladier avec les autres poudres.

♦ Mixez finement les dattes, puis malaxez la pâte de dattes obtenue avec les poudres.

♦ Ajoutez finalement l’huile et le beurre de cacao et malaxez bien, encore une fois, jusqu’à former une boule de pâte compacte et bien homogène. Divisez cette grosse boule en quatre (ou six, selon la taille de vos moules), puis étalez dans vos moules (bien graissés, s’ils ne sont pas en silicone) la pâte.

♦ Réservez au réfrigérateur pour une heure au minimum.

♥ Pendant ce temps, occupez-vous de préparer la garniture : faites fondre le beurre de cacao.

♥ Mixez les fruits rouges avec le reste des ingrédients : le sirop d’érable, les graines de chia, la vanille et le beurre de cacao.

♥ Garnissez les petits fonds de tarte de la préparation aux fruits rouges et réservez encore au frais  pour au moins une (ou deux !) heure(s).

♦ Puis démoulez et dégustez ♥

Ces petites tartelettes s’accommodent très bien d’un thé aux fleurs de cerisier et à la vanille. J’espère qu’elles vous plairont autant qu’elles nous ont plu !